30 contenus par jour : La stratégie de Gary Vaynerchuk décortiquée

Gary Vaynerchuk est un serial entrepreneur américain. C’est aujourd’hui l’un des influenceurs business des plus influents au monde.

Dans le monde des affaires, il maîtrise un domaine comme personne : la création de contenu.

Temps de lecture estimé : 7 minutes

[responsive_video type=’youtube’ hide_related=’0′ hide_logo=’0′ hide_controls=’0′ hide_title=’0′ hide_fullscreen=’0′ autoplay=’0′]https://www.youtube.com/watch?v=TbX9Nwxmg1M&t[/responsive_video]

Gary s’est fait les dents dans l’entreprise de ses parents : une boutique de vin. Il a lancé sur YouTube en 2006 WineLibraryTV, où chaque jour il faisait une review d’un vin.

Cette stratégie de création de contenu l’a amené à développer le chiffre d’affaire de son entreprise familiale de 3M à 15M de $.

Récemment, Gary a fait une présentation (en anglais) où il a expliqué l’intégralité de sa stratégie de distribution de contenu.

Je vous résume cette stratégie dans cet article, et nous aurons une petite réflexion ouverte à la fin pour voir ce que vous pouvez ou non implémenter dans votre cas à vous.

Vous allez voir que la machine Vaynerchuk est impressionnante. Il maîtrise tous les réseaux sociaux et produit aussi bien des vidéos, de l’audio et de l’écrit pour chaque contenu (quotidien) qu’il crée.

Avant de commencer, gardez bien en tête que cet homme est entouré d’un staff ultra qualifié sur les différents domaines, aussi bien sur le plan stratégique qu’exécutif.

On y va ?

La pyramide du contenu

Gary nous présente sa stratégie comme une pyramide renversée. Le concept est de créer un socle sur lequel toute sa stratégie de distribution va découler.

Ce socle, c’est bien évidemment le contenu lui même, le “Pillar Content” : il s’agit de sa vidéo quotidienne, un format long (Au dessus de 5 minutes).

De cette vidéo va découler tout le reste. Cette vidéo est l’élément central, puisque tout le reste de la stratégie consiste à envoyer le trafic des réseaux sociaux sur celle-ci.

Sa vidéo quotidienne varie chaque jour en fonction du format qu’il choisi :

  • Un vlog (vidéo blog) retraçant sa journée,
  • Une émission de questions/réponses avec sa communauté, la VaynerNation,
  • Une interview,
  • Une conférence,
  • Une vidéo de motivation,
  • Un podcast,
  • Autre …

Sur base de ce seul contenu … La VaynerMachine va la décliner en 30 contenus différents sur les différentes plateformes de distribution !

(Pensez à votre fierté lorsque vous finalisez un article ou un montage de vidéo YouTube …)

Le contenu long est diffusé sur :

  • YouTube & Facebook
  • IGTV (Instagram)
  • En Podcast (et donc diffusé sur les différentes plateformes de podcast)

On rentre ainsi sur le deuxième morceau de la pyramide :

 

Le micro contenu

Le micro contenu consiste à reprendre le contenu long et le décliner en pleins de petits formats différents. Par exemple :

  • Des articles
  • Des images
  • Des citations
  • Des gifs
  • Des extraits de vidéos ou de discours
  • Des stories pour Instagram & Snapchat

Le tout distribué en masse sur tous les différents réseaux sociaux qu’utilise Gary Vaynerchuk.

L’objectif est de garder l’attention de la communauté au quotidien, d’inciter les partages sur les différents réseaux, mais surtout d’amener cette communauté à ne pas manquer le dernier contenu principal du jour !

Ses différentes plateformes de distribution :

Ce travail colossal est bien évidemment délégué à son staff, qui s’occupe de sélectionner les passages qui auront le plus d’impact sur sa communauté.

Cette stratégie est d’une efficacité remarquable, parce que chaque contenu est adapté au design de chaque plateforme.

Une erreur commune de beaucoup de créateurs de contenu est de commencer à créer une émission ou un article et de le décliner directement tel quel sur toutes les plateformes.

Chaque réseau social répond à des codes différents et à des algorythmes différents.

Leur design est précis et vous devez l’étudier avant de vous lancer dessus, au risque de perdre du temps à dupliquer votre contenu à une cible non adaptée.

Ici, chaque plateforme a été étudiée et chaque contenu dupliqué est en réalité créé spécifiquement pour celle-ci.

Considérez que vous ne créez plus une vidéo YouTube, mais que vous créez une vidéo. Vous allez ensuite mouliner cette même vidéo pour l’adapter à tous les supports possibles. Le fond reste le même, la forme elle, s’adapte.

 

La distribution : une journée type

Si comme moi vous êtes déjà impressionné par la rigueur de l’opération, vous n’avez encore rien vu.

Le contenu principal est décliné en pleins de micros contenus créés spécialement pour chaque plateforme de distribution.

Ces micros contenus ont pour but de ramener l’audience de Gary Vaynerchuk sur ce contenu principal.

Voici le tableau qui résume les heures de sorties des contenus principaux et celles des micros contenus :

Tout est rythmé. Le contenu principal sort à midi précise, et l’intégralité du micro contenu sort une minute après sur chaque réseau social.

Et ensuite ?

L’équipe de Vaynerchuk est à l’affût des premiers retours d’utilisateurs.

Dans les contenus principaux, un appel à l’action est fait pour que les spectateurs commentent les vidéos en citant leurs passages préférés.

Ces retours vont donner du nouveau grain à moudre pour le staff qui va créer une nouvelle vague de micro contenu pour relancer la promotion dans la journée.

Ainsi, à la fin de la journée, Gary aura générer 30 contenus sur plus de 20 plateformes différentes.

Quels formats pour les micros contenus, plateforme par plateforme ?

Je vous fais ici une liste rapide de chaque stratégie de contenu utilisé pour chaque plateforme.

Ce sont des conseils assez génériques qui ne me semblent pas forcément nécessaire de trop développer.

Facebook : sur base des retours de la communauté, ils prennent les meilleurs moments du contenu du jour et créent des clips originaux en ajoutant des sous titres et des éléments visuels qui captent l’attention des spectateurs. Ils sont présentés avec un titre différent, sous un autre angle et se partagent facilement.

Vidéo sur Instagram : Le clip publié sur Facebook est racourcis pour durer 60 secondes afin d’être publié sur Instagram. C’est la durée maximale d’une vidéo sur Instagram (je ne parle pas d’IGTV).

Photo et citation sur Instagram & Twitter : publication d’une photo de Gary avec une citation issue de son dernier contenu.

Instagram Stories : Un clip extrait de la vidéo du jour, d’une durée maximale de 15 secondes. Les stories Instagram sont extrêmement puissantes pour ramener votre trafic Instagram sur votre contenu principal (surtout si ce dernier est sur IGTV).

Snapchat : Le même clip de 15 secondes est aussi publié sur Snapchat.

Les Gifs pour Instagram, Facebook & Snapchat : le but est juste de relancer et créer une interaction avec le public.

Les articles sur Linkedin, Google Venture, Quora, Facebook & Medium : L’idée est de reprendre l’un des thèmes les plus importants d’une vidéo et de le transformer en article. Ces contenus sont un peu différents puisqu’ils sont plus centrés sur un sujet en particulier, avec quelques ajouts exclusifs supplémentaires pour leur donner plus de valeur et éviter la redondance.

Quels résultats & qu’en retirer pour vous ?

Voilà à quoi ressemble un workflow pro de création de contenu.

Rien n’est laissé au hasard. Tout ce travail demande une rigueur absolue de tous les jours.

Une rigueur dans le création du contenu central : Puisque que tout est tourné autour de la personne de Gary, alors tout le reste du workflow dépend de lui.

Cet homme est réputé pour être un véritable bourreau du travail. Il prône les journées intensives de 10 heures par jour.

Son équipe est réglée comme du papier à musique : entre la diffusion de chaque contenu pour 12h pétante, la diffusion des micros contenus à 12h01, puis l’analyse des retours de la communauté et enfin la création de nouveaux contenus qui sortiront le même jour …

Prenez une conférence, fragmentez-la en 30 contenus. Souvent plus de 35 millions de vues, une présence active sur plus de 20 plateformes différentes, tout ça sur base d’un seul et unique contenu.

Tout ça demande énormément d’organisation et d’expérience. Voilà ce qui fait la différence entre un Gary Vaynerchuk et “nous”.

La marche est haute pour devenir le numéro 1.

Si on peut être impressionné par cette quantité de travail, ça peut aussi nous donner le vertige, voir nous déprimér légèrement.

Avons-nous vraiment les épaules solides pour atteindre la place de numéro 1 ? Est-ce que cette place est vraiment si importante que ça ? Est-ce qu’on est capable de fournir autant de travail ?

Pour ma part, je fonctionne par période, tantôt en oscillant pour l’ambition, tantôt en oscillant vers une vie “plus tranquille et plus libre”.

N’oubliez pas que vous n’avez pas les moyens de Vaynerchuk. Cependant, vous avez des éléments que vous pouvez reprendre.

Par exemple, pourquoi ne pas envisager de tester le même Workflow sur une semaine avec un très bon contenu 

Imaginons que vous créez un super contenu, tellement bon qu’il se partage facilement.

Votre objectif est de créer un contenu de ce type par semaine.

Votre Workflow pourrait s’organiser de la façon suivante par exemple :

  • Lundi : recherche et écriture de la vidéo de la semaine
  • Mardi : Tournage de la vidéo et montage
  • Mercredi : Finalisation du montage, déclinaison & création des micros contenus
  • Jeudi : Planifications de la vidéo principale et des micros contenus
  • Vendredi : vous envoyez la sauce !

Chaque semaine, vous vous retrouvez avec une vidéo poussées sur tous les différents réseaux.

Si votre business génère déjà des revenus suffisants, vous pouvez même déléguer le montage ou encore la planification des contenus.

 

Pour conclure :

  • Gardez en tête qu’il vaut mieux s’investir dans 1 seule plateforme à fond plutôt que se disperser partout et faire les choses “à moitié”
  • Vous n’êtes pas Gary Vaynerchuk, vous n’avez pas forcément son ambition, sa puissance de travail et vous n’avez pas son staff …
  • … mais en travaillant dur et intelligemment, vous pourrez peut être atteindre de très beaux résultats d’ici quelques mois !

Que pensez-vous de cette stratégie ? Est-ce qu’elle vous fait rêvé ? Est-ce que c’est trop pour vous ?

Pourquoi certaines idées sont contagieuses alors que d'autres tombent immédiatement dans l'oubli ?

Cliquez-ici pour découvrir le guide du Marketing Viral

Créer son site internet en 2018 : par quoi commencer ?

Félicitations ! Vous avez décidé de Créer votre Site Internet ! Fort bien, mais par quoi commencer ?

Cet article a pour but de vous aider à avoir une réflexion profonde sur :

  • Est-ce qu’il vous faut absolument un site internet en 2018 ?

  • Comment optimiser le temps passé et l’argent dépensé pour le mettre en place ?

  • Quoi écrire sur les pages de son site web pour communiquer la valeur de vos produits/services ?

Avoir son site internet en 2018 semble être LA priorité pour de nombreux entrepreneurs : il faut un point d’appui, une plaque tournante pour parler et communiquer autour de son projet. Vu qu’il y a une forte demande, il y a un nombre hallucinant d’offres et de services qui vous permettent de créer votre site internet « gratuitement ».

Or, je vais aller à contre courant « des croyances de bases » : NON, vous n’êtes pas obligé d’avoir un site internet en 2018.

Le but de cet article est de vous expliquer quoi mettre en place en fonction de VOTRE business et de VOS besoins, et surtout, quoi écrire et comment mettre en avant votre valeur, votre produit ou votre service.

Attention, si vous n’êtes pas au clair sur votre business, je vous recommande de consulter le Guide pour Développer vos Ventes Durablement.

Pas le temps de tout lire maintenant ?

book

POUR ALLER PLUS LOIN : Cliquez ici pour télécharger

  • La Checklist pour créer son site web en 2018
  • La boite à outil numérique : tous les meilleurs outils web à utiliser en 2018
  • La Matrice Créatrice de Valeur : pour vous permettre d’écrire de super pages d’accueil

Sommaire de l’article :

Faut-il avoir son site web en 2018 ?

Avoir son site internet, c’est du travail supplémentaire : il faut de l’entretien, il faut l’actualiser, et si vous voulez optimiser le tout, vous devrez ensuite le référencer. Puis par la suite, vous aurez envie de créer du contenu régulièrement via un blog par exemple.

Mais, est-ce que tout ça est vraiment nécessaire ?

La difficulté du web, c’est qu’on est sans cesse attiré par des nouveautés, du nouveau contenu, des nouveaux formats, des nouvelles plateformes. On se dit « l’herbe semble plus verte ailleurs ! » en bavant sur les exemples qui ont réussi en exploitant ces stratégies là.

Or, si vous voulez avoir des résultats, il n’y a pas de miracles : vous devez rester constant, derrière une stratégie que vous aurez définie. Et vous devez vous y tenir, bien évidemment en vous autorisant de modifier des paramètres de temps en temps.

Pourquoi c’est important d’avoir cette réflexion ?

Si vous décidez de créer un site internet, vous allez y passer un certain temps en fonction de vos besoins. Il est donc indispensable de mesurer les coûts financiers et temporels afin de mettre en place votre site internet.

Changer sans cesse de stratégie, de plateforme, d’outil, de site internet, c’est se concentrer sur un « faux problème » : vous ne créez pas de valeur concrète pour votre business en modifiant sans cesse votre stratégie.

Dans mon cas, ça m’est arrivé un nombre incalculable de fois : mes supports ne me semblaient jamais assez bien présentés, assez clairs. J’ai perdu un temps monstrueux à créer des pages d’accueil et à chercher LE bon thème WordPress, les bons plugins etc.

J’aurais dû me concentrer sur le fond (par exemple, écrire cet article !). J’y aurais gagné bien plus en termes de visibilité, de feedback, mais aussi financièrement.

Voilà le grand piège à éviter : si vous passez 10 heures à faire ou refaire votre site internet, vous devrez faire en sorte de rentabiliser ce temps passé dans les mois qui suivent.

Qui va venir voir votre site internet ?

Même si vous pouvez prendre du plaisir à créer votre propre site internet, n’oubliez jamais que vous créez ce site pour qu’il soit vu, vous créez votre site pour qu’il soit partagé et visité par certaines personnes.

La toute première question à vous poser avant de lancer votre site web est : si j’ai un site internet, qui va le consulter ?

  • Les clients à qui je vais envoyer le lien de mes travaux ?
  • Mes prospects qui ont besoin d’informations sur mon entreprise et ce que je propose ?
  • Des clients qui souhaitent commander un produit chez moi, directement depuis le site ?
  • Ma communauté (ou future communauté) qui va suivre mon contenu ?

Mon premier site internet a été réalisé en 3 heures de travail tout compris : un template HTML que j’ai modifié en changeant les couleurs, quelques liens vers mes travaux vidéos, et hop !

Un site opérationnel que je pouvais mettre sur mes cartes de visite et envoyer par mail aux prospects qui souhaitaient avoir plus d’informations et voir mon travail.

Rentable, rapide, efficace. L’avantage, c’est que j’avais des notions en code qui m’ont permis de le faire rapidement, moi même.

Mais lorsque j’ai souhaité lancer dwave.fr, impossible d’utiliser ce même site ! Je n’avais aucun module me permettant de créer des articles comme celui-ci, de créer des pages plus complexes, des guides, capturer des emails …

Ce n’est pas 3 heures que j’ai passé, mais bien plusieurs mois pour bien comprendre la logique du système de création de page, maîtriser les outils de mailling ainsi que les différents plugins que j’ai mis en place. Une tannée ! Mais maintenant que tout est en place, j’adore mon site.

Alors, qui va venir voir votre site internet ? Avez-vous besoin de modules complexes à mettre en place ? Ou avez-vous juste besoin de montrer votre travail ou de rassembler les informations sur vous ?

Avez-vous besoin de développer une audience sur votre site internet ?

Un mythe de débutant, c’est de se dire qu’une fois son site internet mis en ligne, par magie il y aura des visiteurs. C’est faux, et il y a très peu de chances que des gens vous trouvent « par hasard ».

Si vous souhaitez qu’on découvre votre site, vous allez devoir travailler pour : créer des articles, des vidéos, du contenu, participer à des événements, être actif sur les réseaux sociaux …

Mais tout ça n’est absolument pas obligatoire !

J’ai pendant plus d’un an tourné avec un site web sans aucun visiteur. Il me servait uniquement de plateforme que j’envoyais à mes prospects intéressés pour travailler avec moi. J’aurais même pu me passer totalement d’un site internet !

Si, par contre, vous souhaitez créer une audience autour de votre business, vous aurez besoin d’outils pour le faire. Vous allez chercher à capturer des emails.

Cette méthode est prioritaire pour 2 types de business :

  • Les business basés autour de la création de contenu : vous allez développer une communauté intéressée par votre thématique et garder contact avec vos abonnés via cette liste email
  • Les start up qui ont besoin d’une communauté pour lever des fonds : c’est capital, car vous aurez besoin de cette première communauté pour pouvoir appuyer votre projet et convaincre des investisseurs de vous aider à développer votre entreprise.

Combien de temps souhaitez vous consacrer à votre site web ?

Souhaitez-vous consacrer 1 heure par mois sur votre site web ou 30 heures par semaine ?

C’est une donnée importante à calculer. Vous n’allez pas payer une voiture le même prix si vous l’utilisez occasionnellement, ou si vous l’utilisez tous les jours.

C’est la même chose pour un site web. Si le cœur de votre stratégie est basé autour de votre site, il vous faut quelque chose de parfait pour vous. Chaque option que vous allez utiliser quotidiennement doit être minutieusement étudiée.

En revanche, si vous souhaitez uniquement mettre à jour quelques pages de temps en temps, alors vous pouvez faire l’impasse sur bon nombre d’éléments.

Alors un bon conseil : n’hésitez pas à investir un peu d’argent dans la mise en place de votre site web si c’est un élément central de votre stratégie.

En revanche, si vous utilisez votre site comme un portfolio pour présenter vos travaux par exemple, prenez quelque chose de simple à mettre en place.

Est-ce un bon calcul de blogger ou créer du contenu sur votre site internet en 2018 ?

C’est un sujet qui revient très souvent : faut-il faire un blog en 2018 ?

Je serais mal placé pour vous dire non, vu cet article. Mais nous allons pousser les choses plus loin que ça.

Comme j’ai l’habitude de dire sur les informations que vous trouverez sur ce site, je suis partisan du « OUI, si vous le faites à fond, NON si vous le faites à moitié ».

L’important est de toujours comprendre pourquoi est-ce qu’on fait les choses. Un blog va vous prendre du temps.

Si vous faites un blog parce qu’on vous a dit que c’était important pour votre référencement, mais que vous n’avez ni l’envie de le faire, ni les ressources humaines ou techniques de le faire, alors passez votre chemin. Il y a mieux à faire de votre précieux temps.

Faites un blog si vous avez des sujets à aborder autour de votre thématique. Un blog, ça peut être des articles sur des produits, des recommandations, de l’actualité.

Ça peut aussi être des « guides épiques », comme ce que j’essaye de vous proposer ici : un guide ultra complet pour vous permettre d’aller + loin dans vos réflexions.

Mais vous pouvez aussi faire ça sous d’autres formes : vidéos (YouTube, Facebook), lives (Facebook Live, Periscope, Instagram Live), audios (Apple Podcast, Soundcloud) ou même du blogging sur des sites tels que Medium par exemple.

Quelles alternatives à son site internet ?

Rentrons dans le vif du sujet : si on estime qu’on n’a pas besoin de site internet, alors quelles sont les alternatives ?

La plupart des prestataires indépendants peuvent, selon moi, se passer d’un site internet. Voici quelques idées à exploiter :

  • Si vous êtes consultant, rédacteur web, ou un métier non visuel : vous pouvez utiliser Medium pour écrire des articles autour de votre travail :
    • Études de cas
    • Retours d’expérience sur votre métier
  • Si vous êtes photographe pour des particuliers (mariage ou photographie sociale) vous devez créer une audience. Des plateformes comme Instagram, Pinterest ou même Facebook seront intéressantes pour faire connaître votre travail du grand public.
  • Si vous êtes un graphiste, illustrateur ou photographe pour les entreprises, Instagram, Pinterest et surtout Behance seront vos meilleurs portfolio que vous pourrez envoyer à vos futurs clients.
  • Si vous êtes vidéaste, réalisateur, motion designer ou tout métier en rapport avec la vidéo, privilégiez Viméo. C’est la plateforme référence pour les professionnels de l’image animée. Facebook & YouTube peuvent également être intéressantes si vous développez une audience dessus.
  • Enfin, Linkedin est un très bon atout pour développer votre CV, puisque vous pouvez ajouter de nombreux liens vers vos différents projets & articles en rapport avec votre métier.

Si vous tenez un commerce local ou une entreprise dans la restauration, Facebook peut être une bonne solution pour fédérer votre communauté.

Combien ça coûte ?

Lorsqu’on débute, je suis adepte du « coût minimal » : c’est valable pour l’argent dépensé, mais aussi pour le temps passé.

Alors, tout dépend de votre niveau de compétence initial : si vous êtes un développeur de site expert, vous n’allez pas passer le même temps pour installer un WordPress que si vous ne touchez un ordinateur qu’une fois par semaine !

Et tout dépend également des spécificités dont vous avez besoin. Sachez qu’il existe aujourd’hui énormément d’outils qui vous permettent, lorsque vous démarrez en tout cas, d’éviter de passer par la case « professionnel ».

Commander un site web à une agence ou un indépendant peut vite être très onéreux pour un résultat pas toujours satisfaisant. Si vous débutez, il vaut mieux le faire vous même ou payer quelqu’un pour implémenter ces services, plutôt que partir à zéro.

Par contre, le jour où votre business tourne et que vous souhaitez avoir une vraie identité, un site unique avec des modules spécifiques, alors oui, faites appel à ces experts ! Vous serez en mesure de les payer plus facilement, et avec un grand sourire en plus. Tout le monde y gagne !

Voici une liste de coûts approximatifs, qui seront différents en fonction de vos besoins :

  • Hébergement Web + Nom de domaine : environ 30€ par an
  • Theme WordPress : environ 60€ (évitez les thèmes gratuits, moins fiables, et WordPress prend du temps à se configurer, autant le faire une bonne fois pour toutes !)
  • Outils type Jimdo/Wix/Squarespace/Strikingly : entre 0€ & 30€ par mois
  • Par la suite, comptez les services additionnels comme les plugins pour votre site internet ou les abonnements pros à des services.

Faites attention à chaque dépense ! Si vous débutez votre entreprise, chaque € investi doit faire l’objet d’une réflexion : est-ce que c’est indispensable ou est-ce que cet argent serait mieux ailleurs ?

Si vous vendez un produit physique, il est bien plus intéressant d’investir dans un beau shooting photo pour mettre en valeur votre produit que d’investir des fortunes dans 2-3 services peu utiles.

Un site pour freelance ou indépendant : les outils

Si vous souhaitez créer un portfolio pour montrer vos précédents projets à vos clients, alors partez sur quelque chose de simple : une page pour vous présenter, une page par projet, quelque chose de très simple à éditer et mettre en place.

La vie d’un Indépendant

  • Wix : le CMS a pas mal évolué et vous permet de mettre en place un site très rapidement et pour pas cher.
  • Jimdo : le même principe que Wix, intéressant et performant

Certaines personnes préfèrent avoir un WordPress, car c’est flexible et possède un catalogue infini de thèmes.

Attention cependant si vous débutez : un WordPress, c’est lourd à gérer, pas simple à installer si vous n’avez aucune connaissance,  et on est vite tenté d’installer des choses qui vont nous prendre beaucoup de temps à configurer pour pas grand chose.

Quelques exemples de sitesd’indépendants :

Un site pour un commerce ou une entreprise locale : les outils

De quoi ont besoin vos clients ? C’est LA question à laquelle vous devez répondre sur votre page web.

Je vous recommande d’aller au plus simple vous devez uniquement donner des informations à vos clients. Mes recommandations techniques sont les mêmes que pour les freelances :

  • Wix : le CMS a pas mal évolué et vous permet de mettre en place un site très rapidement et pour pas cher.
  • Jimdo : le même principe que Wix, intéressant et performant

Quand je vous demande de quoi ont besoin vos clients, je ne résiste pas à l’idée de vous parler de la pizzeria Max’ Call qui a parfaitement analysé la problématique : ses clients ont besoin de la carte des pizzas. Il n’y a rien d’autre que ça et les contacts sur leur site.

Quelques références :

  • Max’Call Pizzeria : Carte des pizzas, les contacts, le tout adapté sur mobile. Pas de prise de tête.
  • Mamamia Pizza : je vous avoue que j’ai un faible pour ce plat. Mais c’est aussi l’occasion de vous montrer un site dans la même thématique mais tout à fait différent. Et pour cause : ils sont vice-champions du monde de pizza (c’est à Lyon, si ça vous intéresse !).

Si vous êtes dans cette catégorie, ne perdez pas de temps à mettre en place un site internet complexe, et concentrez vous pour être le premier à sortir sur le référencement local !

N’hésitez pas à vous former sur le sujet, car vous y gagnerez beaucoup.

Un site pour une landing page de start up : les outils

Votre priorité : communiquer votre proposition de valeur, montrer votre produit, et créer votre première communauté.

Pour créer cette communauté, faites en sorte de récupérer un maximum d’emails. N’hésitez pas à jouer sur la corde sensible : vous êtes une start up, si le projet que vous présentez plaît à vos visiteurs, expliquez leur directement que leur inscription à votre liste email vous permet d’avancer gagnant en crédibilité.

Si vous prévoyez de vendre un produit, vous pouvez proposer de tenir informés les visiteurs de la sortie du produit, et pourquoi pas de leur octroyer une réduction d’early adopter. Une bonne raison pour vous donner leur email !

Plus votre liste email sera grande et complète, plus vous serez crédible pour une campagne de financement. Quelques outils que je recommande :

  • Squarespace : Un outil puissant pour créer vos pages de vente et capturer des emails
  • Strikingly :  La même chose, en français
  • Mailchimp : gratuit au départ, vous permet de gérer votre liste email

Mes exemples peuvent être périmés puisque par définition, une start up évolue : soit elle réussit et son site devient « un vrai site », soit elle échoue et le site meurt. N’hésitez pas à me contacter si c’est le cas de l’un d’entre eux.

  • La Source : une gigantesque salle dédiée aux compétitions de jeux vidéo sur Lyon, leur liste email leur a donné un très bon coup de boost lors de leur financement participatif (et aussi auprès des banquiers). Si le sujet vous intéresse, découvrez l’étude de cas de leur financement participatif.
  • Jay Party : le principe est d’organiser des soirées chez l’habitant. Le site possède deux versions : une pour les organisateurs de soirée, une pour les participants.

Un site pour vendre un produit ou un service : les outils

Le fond va être très important : qu’allez vous raconter à votre visiteur ? Qu’allez-vous lui montrer ?

Si vous avez un produit physique à montrer, n’hésitez pas à investir dans un beau shooting photo pour le mettre en valeur : vous devez donner envie d’utiliser et d’obtenir votre produit.

Si vous ajoutez un système de paiement, je vous recommande de passer par des outils tiers pour plus de sécurité.

  • WordPress : si vous souhaitez être flexible, vous pouvez également ajouter WooCommerce dessus pour vendre vos produits (voir le guide de WPmarmite)
  • Calendly : un outil idéal pour prendre des RDV pour la prestation de service
  • Paypal ou Stripe pour prendre les paiements
  • Leadpages, Visual Composer ou Thrive Architect couplé avec WordPress pour créer vos pages facilement

Votre plus gros travail sera donc l’écriture de votre argumentaire de vente. Pour ça, deux ressources sur ce site :

Quelques références dans ce domaine :

  • Yourslide : ils vendent des écrans externes pour ordinateurs portables
  • Neocamino : solution de communication digitale pour TPE

Un site pour e-commerçant ou drop shipping : les outils

C’est le sujet sur lequel je m’y connais le moins. Cependant, vous pouvez utiliser les outils mentionnés plus haut comme Jimdo, mais aussi  :

  • Shopify : puissant, l’outil le plus utilisé pour le drop shipping, idéal pour monter votre e-commerce
  • Prestashop : plus lourd à utiliser mais équipé de très nombreux sites web
  • WooCommerce : une extension de WordPress, mais vous allez mettre les mains dans le cambouis. Je vous recommande cet excellent guide du site WPMarmite

Shopify me semble être l’option la plus intéressante car plus rapidement opérationnel.

N’hésitez pas à me faire parvenir des exemples si vous en avez !

Un site pour créateurs de contenu : les outils

Première question : est-ce que votre contenu va se trouver sur votre site web ou sur une autre plateforme (type YouTube, Medium ou Apple Podcast par exemple) ?

Vous aurez besoin de capturer des emails pour fédérer une communauté. Je vous recommande les outils suivants :

  • WordPress : si vous créez du contenu, prévoyez d’être flexible. WordPress est le meilleur bac à sable pour ça
  • La solution complète Thrive (super rapport qualité/prix) pour votre thème & vos outils
  • Visual Composer (c’est ce que j’utilise, souvent inclus avec certains thèmes payants), Thrive Architect ou LeadPages pour créer vos pages d’accueil, pages de capture et pages de vente
  • Thrive Lead : un super outil pour créer des pop ups
  • Mailchimp : pour gérer votre liste email, gratuit au départ
  • Si vous prenez un thème payant : assurez-vous qu’il soit créé avec Visual Composer ou outil similaire, car bonjour la tannée autrement !

Évitez certains thèmes payants qui vendent du rêve, où tout est inclus (vente de formation, de produits par ex), vous allez y passer un temps monstrueux.

Si vous voulez démarrer avec tout clé en main, je vous recommande la suite Thrive pour 19$ par mois. Vous aurez accès à leur catalogue de thèmes WordPress, tous leurs plugins, rajoutez juste Mailchimp et vous êtes paré pour l’aventure !

C’est ce que j’aurais utilisé … si je ne l’avais pas découvert après avoir mis en place tout mon site !!!

Moi en ce moment

Quelques références :

  • Sébastien CARRET : un prestataire sur le growth hacking qui crée du contenu pour mettre en valeur ses compétences
  • RDeMarketing : une agence WebMarketing qui propose énormément de contenu et quelques formations pour leur audience
  • Mony Chhim : coach de performance, il partage du contenu inspirant pour développer son mindset et ses aptitudes
  • AntoineBM : un cas d’école intéressant, il propose des podcasts et vend des formations sur une plateforme. Il fait le choix de la simplicité : un thème WordPress ultra minimaliste, une page d’accueil pour se présenter et tout le reste sur d’autres plateformes.

Quoi écrire sur votre site web ?

Nous sommes ici dans la partie la plus importante et peut être sous estimée lorsqu’on veut lancer son site internet !

Maintenant que les fondations sont là et que tout est en ligne, une question épineuse se pose : qu’allez vous écrire dessus ?!

Et je ne parle pas d’articles ou de contenu, mais bel et bien de votre page d’accueil, de vos arguments, de « Pourquoi est-ce que j’accorderais du temps à visiter votre site internet ? ».

Avant de commencer : vous devez être au clair sur votre business !

Avant de continuer, est-ce que si je vous parle de positionnement, de cible définie et précise, de différenciation, est-ce que vous bondissez de votre chaise en vous disant « Wow ! De quoi il parle ?! » ?

Si c’est le cas, vous devez consulter ce Guide pour Développer vos Ventes Durablement : vous ne pourrez pas créer un bon site internet si vous n’êtes pas très clair avec tous ces contenus.

La règle n°1 : votre client ne s’intéresse pas à votre solution, mais il s’intéresse à son problème

Si je vous démarche pour vous vendre mes services, la première question que vous allez vous poser c’est :

« Ok, mais qu’est-ce que moi j’y gagne ? »

Cette question, vous la posez absolument tous les jours, et ce dès que vous faites une action ou que vous achetez un produit.

Ça n’a rien d’égoïste !

Mais votre prospect va se poser la question en arrivant sur votre site. Il y a tellement d’informations partout que votre prospect doit comprendre immédiatement l’intérêt qu’il a de vous lire.

Pour parvenir à intéresser votre prospect, vous devez parler de lui, et surtout, de son problème !

Remarquez que dans cet article, je m’adresse depuis le début à VOUS : votre site web, votre valeur, votre produit.

Peut être que vous appréciez cet article parce que vous lancez votre site web, et que vous avez ENFIN trouvé un article qui vous explique tout de A à Z, sans langue de bois, simplement, avec des outils précis.

Pensez donc à parler du problème que vous allez résoudre avant la solution que vous allez apporter.

Par exemple, sur la page d’accueil de mon site, la première chose que vous pouvez lire c’est  « Développez vos ventes durablement ». Le problème évoqué est clair : vous avez besoin de développer vos ventes pour vivre sans la peur du lendemain.

Ma solution est énoncée après : je vous propose articles, contenu et formations pour vous aider à développer votre projet.

Comment communiquer efficacement la valeur de votre produit ?

Faites-vous la différence entre une fonction & un bénéfice ?

Une fonction, c’est une caractéristique de votre produit.

Un bénéfice, c’est une conséquence DÉSIRABLE de votre produit.

Une décision d’achat se fait uniquement sur des bénéfices.

On pourrait résumer le tout avec la formule suivante : « Mon produit contient telle fonction qui vous permet d’avoir tel bénéfice« .

Par exemple, sur le site de Néocamino, vous pouvez lire :

« Trouvez des clients par internet (le bénéfice) avec les bons outils, la bonne méthode et le bon suivi (les fonctions)« .

Toute fonctionnalité de votre produit, service ou contenu doit se traduire un bénéfice précis. 

Pensez à ces deux questions lorsque vous écrivez vos pages !

Les bases d’un bon webdesign

Le design de votre site internet est très important. Un design web ancien, peu ergonomique ou mal pensé est généralement éliminatoire.

Ces dernières années ont marqué beaucoup de changements avec le développement des smartphones et des tablettes.

Les sites web avec des méga menus, des boutons partout ont disparu au profit de pages plus longues, plus simple à dérouler au doigt sur écran tactile.

Ce que vous devez retenir : vous pouvez agir sur ce que va voir votre prospect en priorité, grâce à votre webdesign !

Comment faire ? Vous devez jouer sur l’utilisation de couleurs, et par effet de contraste, faire ressortir les éléments de votre choix.

Un exemple avec la page d’accueil de mon site :

L’exemple d’Apple avec l’Apple Watch :

Chaque élément a été réfléchi pour ressortir en priorité. Que doit voir votre prospect une fois arrivé sur votre site ?

Le bon appel à l’action

Un appel à l’action, c’est un élément clair, visuel qui vous permet d’inciter votre prospect à faire une action précise.

Dans l’exemple de l’Apple Watch plus haut, l’appel à l’action est le bouton « Acheter » : il ressort en bleu, et donc très visuel.

Que doit faire votre prospect une fois sur votre site ?

  • S’inscrire à la liste email ?
  • Commander votre produit ?
  • Prendre contact avec vous ?
  • Regarder une vidéo de présentation ?
  • Renvoyer sur une page de mon site ?
  • S’inscrire sur le site ?
  • S’inscrire à un événement ?
  • Consulter un article ou un contenu ?

Un bon appel à l’action, c’est un bouton qui ressort, clair & précis :

  • Recevez notre guide
  • Inscrivez-vous
  • Cliquez-ici
  • Passez commande
  • Consultez l’étude de cas

Et ensuite ?

Vous avez toutes les clés pour prendre de bonnes décisions.

Mon dernier conseil : écrivez tout !

Les coûts, le temps passé, l’intérêt, le but, que doit trouver votre client. Et surtout, prenez le temps de la réflexion.

Il m’est arrivé plusieurs fois de foncer acheter tel ou tel service, thème ou outil que je trouvais génial, pour finalement ne pas l’utiliser. De l’argent et du temps gaspillés.

Alors, ne soyez pas pressé. Il vaut mieux réfléchir à une bonne stratégie.

Ne partez pas non plus à l’aventure pour créer du contenu si vous n’avez encore rien expérimenté : même si les résultats peuvent être très gratifiants, c’est aussi beaucoup de travail et la régularité est le maître mot.

Je vous ai fait un petit pack qui résume tout ce long article.

Pourquoi certaines idées sont contagieuses alors que d'autres tombent immédiatement dans l'oubli ?

Cliquez-ici pour découvrir le guide du Marketing Viral