Comment devenir viral sans en parler à personne ?

Il n’est pas toujours nécessaire de dépenser le moindre centime en communication ou en publicité pour se faire connaître. Pas convaincu ? Je vais tenter de vous le prouver dans l’étude de cas du jour !

On s’est tous un jour vu confier un secret, avec la consigne de “ne surtout pas le répéter !”.

Qu’en avons-nous fait ? En parler bien sûr.

“Il faut que je te raconte un truc qu’on m’a dit … mais c’est secret alors surtout n’en parle à personne !”

Alors vu qu’on parle de secret, je vais vous en confier un. Mais surtout, ne partagez pas cet article ! Vous êtes privilégié …

Crif Dogs, un restaurant de Hot Dogs (Crif signifie “Chris” avec la bouche pleine de hot dog…)

Voici le Crif Dogs, un petit restaurant de hot dogs situé à East Village, un arrondissement de Manhattan.

Si ce restaurant ne paye pas de mine, il est tenu par deux passionnés, Brian Shebairo et Chris Antista, originaires du New Jersey (réputé pour ses hot dogs).

C’est un succès : la qualité des produits servis au Crif Dogs propulse nos deux protagonistes en tant que référence à New York en matière de hot dogs.

Mais que faire quand vous êtes déjà tout en haut ?

Notre équipe se mit en tête d’ouvrir un bar et fit l’acquisition du Bubble Tea Lounge, collé au restaurant Crif Dogs.

Comment réussir à propulser un bar dans une ville immense, submergée par la concurrence ?

C’est en fouillant dans un magasin de brocante que Brian eu la bonne idée. Il tomba sur une vieille cabine téléphonique en bois.

Enfant, Brian avait au sous-sol de sa maison une porte secrète qui donnait lieu à des rangements. Et si ce concept pouvait devenir l’entrée de son bar ?

Bienvenue …!

Si vous rentrez dans la cabine, que vous prenez le combiné téléphonique et que vous faites le 2 … vous obtiendrez une réponse au bout de quelques instant !

Quelqu’un vous demandera alors si vous avez une réservation.

Certainement pas ! Mais si vous avez de la chance et que des places sont disponibles, alors 2 portes cachées au fond de la cabine s’ouvrent et vous donnent accès à un bar clandestin … le “Please don’t tell” !

Entre rareté et capital social

L’intérieur du Please don’t tell

Lancé en 2007, c’est le carton assuré. Parfois, il n’y a plus de places dès 15 heures.

Le succès du bar repose sur deux critères :

  • Le premier, issu du concept lui-même : connaître ce secret fait de vous un privilégié. N’importe quel quidam allant savourer un hot dog au Crif Dogs ne connaît pas cette astuce. Naturellement, une information aussi cool vous amène à en parler massivement autour de vous ! Et les autres auront une envie irrésistible d’essayer à leur tour ! C’est ce qu’on appel le Capital Social, procuré par un sentiment d’exclusivité, de privilégié.
  • Le second, issu du succès : la rareté des places. Le bar ne peut accueillir que 45 personnes. Si il est plein, alors le numéro ne répond pas. Horreur ! Vous risquez de passer à côté d’un incroyable passage secret planqué dans une cabine téléphonique ! Plus un produit est difficile à obtenir, plus il semble normal de faire des efforts à l’obtenir. Les ruptures de stocks rendent forcément un produit attractif, puisqu’on se dit que d’autres l’ont aimé aussi.

Maintenant, vous savez quoi faire pour vous y rendre. Mais chut, ça reste entre nous …

Comment pouvez-vous augmenter la rareté ou le capital social de votre produit, sans mentir et en vous basant uniquement sur le bouche à oreille ?

 Invalid shortcode parameters

Partagez !
>